L’autoédition, trouver sa liberté dans un véritable parcours du combattant

L'autoédition

De quoi s’agit-il dans les grandes lignes ?

Dans le cas d’un recours à une maison d’édition, l’auteur se soucie simplement du contenu du livre. Tout le reste – le marketing, la communication, la mise en page, l’impression, la diffusion, la gestion des manifestations autour du livre – est géré par la maison d’édition. En choisissant l’autoédition, l’auteur doit connaître le fonctionnement de chacune de ces étapes et les prendre en charge. Cette prise en charge comprend l’aspect financier évidemment, mais aussi – et surtout – toute la charge mentale, le temps et l’énergie que cela demande.

La diffusion est la phase sans doute la plus délicate de l’autoédition pour une publication imprimée. Il existe différentes possibilités : choix d’un organisme de diffusion (avec les contraintes que cela implique), contacts directs avec des libraires acceptant l’ouvrage, vente directe à la suite de manifestations publiques, site internet personnel avec vente par correspondance, recours à des sites commerciaux de vente sur internet, salons littéraires, etc.

 

Pourquoi avoir fait le choix de l’autoédition pour Paysages sensibles ?

En ne toquant pas à la porte d’une maison d’édition, nous avons, certes, endossé la responsabilité et la gestion de ce qui est cité plus haut. Pourtant, ce choix nous donne une autonomie complète sur notre projet. Étant les trois seuls décisionnaires, nous n’avons subi aucune pression extérieure et avons donc la liberté de proposer à notre public l’ouvrage le plus authentique qu’il soit. En conservant le contrôle sur l’ensemble du processus de publication, nous avons assuré notre liberté d’expression et de création.

Par ailleurs, la question de notre rémunération était en jeu. On peut rappeler, à titre indicatif, qu’en moyenne, en France, dans le milieu classique de l’édition, 55 % du prix d’un livre permet de rémunérer sa diffusion, 20 % l’impression, 18 % l’éditeur, et le reste, aux alentours de 7 %, correspond aux droits d’auteur. Sachant que nous sommes trois artistes à concevoir ce livre, il était difficile d’imaginer un tel calcul. Notre volonté n’est pas, non plus, de vouloir rouler sur l’or avec la publication de ce livre. Mais il nous paraît indispensable de pouvoir percevoir le juste prix, équivalent au travail effectué, en vendant notre livre.

Si la traditionnelle publication en maison d’édition semble avantageuse en de nombreux points, notre souhait était principalement de garder une proximité avec notre livre d’une part, et notre public d’autre part. Car ce qui nous tient le plus à cœur est de pouvoir diffuser notre poésie autour de nous, à notre image et sans dépendre d’une quelconque institution.

 

Comment soutenir l’autoédition ?

Si notre projet vous touche et que vous souhaitez nous soutenir, voici quelques gestes à faire :

  • Parler de nous et surtout, de notre livre ;
  • Interagir avec les artistes sur les réseaux sociaux ;
  • Acheter le livre ;
  • Faire un don ;
  • Venir à notre rencontre sur les diverses manifestations autour du livre ;
  • Nous murmurer des mots encourageants.

Si ce contenu vous plait, n’hésitez pas à le partager. Cela m’est d’une grande aide.

Facebook
LinkedIn
Twitter

Vous avez un projet?


Lettre à un proche, contenu web, vos mémoires...

Vous avez un projet?

Une lettre de motivation, du contenu Web, une lettre à un proche, vos mémoires…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *